en haut
en bas



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 blood in the water, (stellak)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Novak Zoranovic
you should see me in a crown
messages : 18
crédits : avatar (c) hallows ofc. / signature (c) hallows bb ; bad wolves (the cranberries).
MessageSujet: blood in the water, (stellak)   blood in the water, (stellak) EmptySam 27 Oct - 23:21
Bouge-toi. On s’en va.

Pas besoin de le répéter deux fois. Le colosse sur ses pieds, dès les premiers mots jetés. Et il suit l’homme comme une ombre. Mains le long du corps, mine basse mais regard aux aguets. Malgré sa grande taille, l’autre fait presque deux tête de moins que le garde du corps qu’il a désigné pour l’accompagner. Le genre d’élément dissuasif que les russes appréciaient d’avoir récupéré - et plus encore depuis qu’ils avaient constaté le silence épais dans lequel le géant semblait emmuré. Avec lui, pas besoin de se compliquer la vie. Les ombres lui appartenaient. Ténèbres épais, dans lesquels il s’enfonçait dans jamais vouloir s’en dégager. Il écoutait sans répéter, entendait sans ressentir le besoin de s’en mêler. Faisait ce qu’on lui disait, et ne posait jamais de questions qui n’avaient pas leur place dans la situation. Bons réflexes, et une tendance à encaisser les coups comme les balles sans rechigner. Montagne qu’on appréciait savoir dans son sillage, lorsque venait l’heure de confronter, de négocier. Ou, comme c’était le cas aujourd’hui, d’intimider.

« You’re alone ? » Face à lui, le type piétinait. Dents serrées, il acquiesça. Des cadavres de bouteille de bière sur la table de basse, des cigarettes écrasées dans le cendrier. La maison qui transpirait l’insanité de ce qui s’y passait - mais ni Novak ni Alexei n’étaient ici pour s’en mêler. « Brandon, Brandon, Brandon... » Alexei secoua la tête et, face à lui, Brandon serra les dents. « You know your loan expired yesterday. Right ? » Et les yeux de Brandon passent du russe au serbe - puis, du serbe au russe. Au fond de son regard, la panique s’est installée. La réalisation des ennuis dans lesquels il s’était fourré. De ce qui était en train de le rattraper. De ce qui ne manquerait pas de lui briser les rotules, les jointures et les dents, s’il ne payait pas d’ici peu. Ce qui n’aurait aucun scrupule à lui prendre la vie, s’il essayait de défier la patience des russes. Don’t mess with that guy.

Et les menaces s’enchaînent. Les explications foireuses, auxquelles Novak ne prêtait qu’une oreille à demi attentive. Les excuses étaient toujours les mêmes. Les pauvres types dans le genre de Brandon, des copies conformes. Le serbe ne les aimait pas. Ne les avait jamais aimés. En avait tué plus qu’il ne pouvait les compter. Et n’était pas certain de le regretter. You know we can make your life a living hell, Brandon. Et il le sait. Ça se voit dans son regard à demi effrayé, malgré sa tentative de conserver sa fierté et de jouer les plus malins. Comme si Alexei en était à sa première réclamation de dette. Comme s’il n’avait jamais entendu les promesses, les supplications. Comme s’il n’avait jamais demandé à Novak de briser un doigt malgré les jurés et les crachés. Juste au cas où.

Craquement, en haut de l’escalier. La tête de Novak qui se tourne, suffisamment vite pour voir un éclair blond disparaître derrière la rambarde. We’re not alone. Tous les regards, soudainement tournés vers l’escalier, se remettent en action. Celui de Novak ne quitte pas les marches, alors que son corps s’est déjà tourné vers l’étage. Pas besoin de recevoir d’ordre. Il sait ce qu’il a à faire. L’a toujours su. Good little soldier. « Shit. » « Who’s that, Brandon ? » « My step-daughter, I- » « You told me we were alone, Brandon. » « We are. She’s nothing. She won’t tell nothing. » Alexei sait répliquer. Alexei sait se défendre. Alexei a sorti son couteau dès que la porte de la maison s’est refermée derrière lui pour le laisser entrer, et Alexei n’a pas besoin de Novak pour réclamer les dûs des russes. Novak, lui, n’écoute plus. Le pas lourd mais silencieux, il a laissé Brandon se battre seul pour s’expliquer, emboîtant le pas à la gamine. Une porte qu’il a entendue se claquer, et il n’a pas besoin de chercher longtemps pour savoir devant laquelle s’arrêter. La main qui se pose sur la poignée - mais, bien entendu, le battant est verrouillé. Alors, il frappe. Dents serrées, nullement décidé à enfoncer le panneau s’il pouvait l’éviter. « Open the door. »  I know you’re in there, kiddo. I know you’re probably trying to get out of the window. I know you’re probably scared. I know you’re probably afraid of what we’re gonna do to you. But I won’t hurt you, kiddo. I won’t even touch you. So step away from the window and open the door, kiddo. « Please. » Le mot brisé. Jamais prononcé. Mais l’occasion était peut-être arrivée. Faire ce qu’il pouvait pour l’empêcher de s’en aller. Car s’il devait tenter de la rattraper, les choses seraient moins agréables pour elle. Moins agréable pour lui. And I don’t like hurting children. I really don’t.

So don’t make me, would you ?
Just listen to me. Don’t try to run.

And open that fucking door for me.

(c) blue walrus

_________________
It's the same old theme – in your head, they're still fightin'. With their tanks, and their bombs, And their guns, and their drones – In your head, they are dying
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stella Crane
you should see me in a crown
messages : 66
crédits : avatar (c) beloved de ma vie.
MessageSujet: Re: blood in the water, (stellak)   blood in the water, (stellak) EmptyLun 29 Oct - 22:15
@novak zoranovic

You know your loan expired yesterday. Right ?

Elle ne reconnaît pas la voix en bas. Depuis que la porte s’était ouverte, et qu’elle avait eu le temps d’apercevoir par la fenêtre deux hommes entrer dans la maison, Stella avait les oreilles tendues. Le coeur battant fort dans sa poitrine - si un des hommes paraissait seulement louche, l’autre était carrément terrifiant. Immense, en largeur et en hauteur. Stella savait que Brandon trempait dans des trucs louches, ce n’était franchement pas surprenant qu’on vienne le confronter à un moment ou à un autre. Elle ne voulait pas s’en mêler - elle se fichait bien des emmerdes qu’il pouvait s’attirer. Si ça pouvait lui tirer une leçon, l’adolescente en serait plus qu’heureuse. Elle resterait discrète, et le regarderait se faire tabasser avec une certaine satisfaction. Il mérite bien ça. Mais elle était inquiète, tout de même, de savoir qu’elle était dans la maison. Brandon n’était même pas au courant - il ne l’avait pas aperçue quand elle était  montée à l’étage. Discrète, pour éviter une quelconque confrontation. D’humeur plutôt fragile aujourd’hui, l’envie de s’enfermer dans sa chambre et de juste se vider la tête. La musique de Miro dans les oreilles, et l’envie de fumer une cigarette. Elle avait été à la fenêtre quand les hommes étaient arrivés - et elle avait éteint la clope rapidement, juste au cas où. Maintenant, elle se tenait contre la porte en essayant d’écouter. La curiosité qui l’emportait sur la prudence, et qui la pousse à ouvrir la porte de sa chambre pour se diriger vers les escaliers. Le pas discret comme une souris. Légère, Stella se faufile sans se faire entendre, et étire un peu le cou pour essayer de regarder dans le salon. Les menaces sont de plus en plus violentes, et Stella est fascinée par la conversation. Prend un peu trop confiance, et mets trop de pression sur son pied droit.

Craquement.

Shit. Elle recule immédiatement, espérant qu’on ne l’ait pas aperçue. Mais le silence se fait dans le salon, et elle sait que c’est trop tard. Shit shit shit. Yeux fermés, elle retient son souffle. « Shit. » La voix de Brandon lui fait écho. « Who’s that, Brandon ? » L’échange qui suit tord les tripes de Stella. Son instinct lui hurle de s’enfuir - mais elle ne peut pas descendre, pas sans prendre le risque de s’attirer des sérieux ennuis. She’s nothing, qu’elle entend. L’amertume dans la gorge, les larmes aux yeux, sachant qu’elle est bien la dernière chose que Brandon va défendre. Et alors que Stella entend des bruits de pas venir vers l’escalier, elle fait volte-face. S’enfuit vers sa chambre, et claque la porte. Ferme le verrou miraculeusement installé, et recule, dos à la fenêtre. Le coeur qui bats fort dans sa poitrine. Run. Run. Just run. Elle ira chez Miro, chez Aaron, peu importe, n’importe où sauf ici. Presque les larmes aux yeux de peur, de ce qu’on va lui faire, elle a rien entendu, elle sait rien, laissez-moi tranquille. Elle se retourne pour ouvrir la fenêtre à nouveau, avec la bonne intention de fuir la maison - peu importe si elle n’a pas de chaussure au pied. On tourne la poignée, on cogne à la porte - Stella sursaute mais enjambe tout de même la fenêtre. Elle ne veut pas s’attarder pour savoir ce qui va lui arriver - surtout qu’elle sait que c’est le colosse derrière la porte, un homme qui pourrait la briser d’une seule main. « Open the door. » L'accent. Un russe, on dirait, ou quelque chose du genre. La voix est étonnamment calme - et pas vraiment menacante. C’est un avertissement, plus qu’autre chose. L’envie de hurler, just leave me alone. « Please. » Elle fige, le regard qui se tourne vers la porte. La respiration erratique, le souffle brûlant dans sa gorge. Please ? Peut-être qu’elle s’emballe. Peut-être qu’il n’arrivera rien - qu’il voudra juste s’assurer qu’elle reste en dehors de son chemin, qu’elle n’a rien entendu. Mais elle a peur, Stella. Elle serre les dents.He said please.

Si elle court, il la rattrapera. Il sait déjà probablement qu’elle va s’enfuir. Les scénarios se fracassent dans sa tête, et elle ne sait pas quoi faire. Sur un coup de tête, elle revient dans la chambre et la traverse, pour se diriger vers la porte. Arrête, la main sur la poignée. La peur qui la prend encore. Shit shit shit. « I didn’t hear anything. » Elle ne sait pas pourquoi elle parle. On ne parle pas avec ces gens là. Et pourtant. He said please. « Please, just leave me alone. I’m not gonna say anything. » Et dans sa voix, on entend sa peur, on entend son appréhension. Pas envie qu’il défonce la porte non plus. « You heard him, I’m nothing. » La lèvre qui tremble. La peur de se faire tabasser, par eux, par Brandon, d’y passer, de regretter. I’m nothing. I’m just nothing.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Novak Zoranovic
you should see me in a crown
messages : 18
crédits : avatar (c) hallows ofc. / signature (c) hallows bb ; bad wolves (the cranberries).
MessageSujet: Re: blood in the water, (stellak)   blood in the water, (stellak) EmptyVen 2 Nov - 22:44
@stella crane

Il attend. Attend que la gamine se décide, attend d'entendre son corps basculer par la fenêtre pour redescendre et aller la chercher. Attend de voir ce qu'elle va décider. Attend. Attend comme un idiot, le silence pour seule compagnie, et les dents serrées. Les démons prêts à faire sauter la poignée et le verrou, pour s'assurer qu'elle n'irait nulle part. Mais la violence ne résoudra rien, dans ce cas-là — et il le sait. Il a été le gamin traumatisé. Il a été celui après qui on courait. Il sait que s'il l'effraie, elle tentera de s'en aller. Qu'elle se débattra — et qu'il lui faudra la blesser pour la calmer. L'idée ne lui plaît franchement pas, et il préfère la mettre de côté. Se donner une chance de les sauver, tous les deux. Elle des coups, et lui des hurlements dans la nuit.

Derrière la porte, des échos de pas. Elle s'est approchée — il le sait, il le sent. L'espoir que tout n'est peut-être pas perdu, et sa mâchoire qui se serre de plus belle à y penser. Open the door, kiddo. « I didn’t hear anything. » Il a vu la poignée osciller. Sait qu'elle a la main dessus. Qu'elle pourrait ouvrir, à tout instant. Et il ne bouge pas. A peur de la faire fuir et de la condamner — se contente de l'écouter. « Please, just leave me alone. I’m not gonna say anything. » Le soupir, lourd et profond. Les paupières qui se ferment, la peur qu'il entend lui faisant tressaillir le coeur. I won't hurt you, kiddo. At least I don't want to. « You heard him, I’m nothing. » Et la dernière phrase vient le cueillir au creux de l'estomac comme un crochet auquel il ne s'attendait pas. Elle a entendu ce qui s'est dit, la gamine. Elle a entendu — et elle sait. Sait qu'elle n'est rien, pour Brandon. Novak l'entend dans sa voix, et le manque d'attention, manque de considération, fait gronder la bête tapie en lui. She's nothing.

She's nothing.

I know. But I still have to.


« Please. Open. » Les mots hachés. Mots brutaux. À croire qu'il n'a pas compris ce qu'elle lui a dit — et pourtant. Pourtant, la colère gronde toujours au fond de lui. Colère du traitement que Brandon a réservé à la gamine. Colère de devoir l'intimider. Colère de devoir la terroriser. I won't hurt you. Il aurait voulu le dire, mais c'est trop difficile. Sachant que tout peut changer au moindre instant. Que si elle décide de se rétracter, et de s'enfuir, cette vérité ne pourrait que trop facilement foutre le camp. Alors, ça ne passe pas ses lèvres. Il ne fait que reculer d'un demi-pas, pour lui laisser la place d'ouvrir la porte. « If you don't do anything stupid, I won't hurt you. » En bas, Alexei semble toujours avoir la situation en main. Et alors, il soupire brièvement. Sachant qu'il lui faudra mettre davantage de conviction dans ses mots, s'il veut que les choses continuent de se dérouler sans heurts. « I promise. » Et c'est tombé. Tombé comme un couperet sur sa nuque — tombé comme une goutte d'acide au milieu de l'eau. Car malgré les ordres qu'on lui donnerait, malgré la fureur d'Alexei ou sa volonté de faire peur à Brandon, Novak ne pourrait désormais plus reculer. Une promesse était une promesse. And I just promised you that if you didn't give me anything against you, I wouldn't hurt you.

(c) blue walrus

_________________
It's the same old theme – in your head, they're still fightin'. With their tanks, and their bombs, And their guns, and their drones – In your head, they are dying
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: blood in the water, (stellak)   blood in the water, (stellak) Empty
Revenir en haut Aller en bas
 
blood in the water, (stellak)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» figurine blood bowl sur internet (comme des troll de glace.)
» Terrain de blood bowl
» Blood Bowl : tactiques et techniques.
» Blood Ravens
» Blood Bowl edition legendaire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: